Chêne-liège, Quercus suber L.

Suara

Carte de couverture forestièreLes noms corses du chêne-liège (a suara, a leccia suarina) dérivent du nom latin suber. On retrouve cette racine dans le nom scientifique (Quercus suber L.). On parle de suberaie pour nommer une forêt de chênes-lièges (a suarticcia).

La morphologie

La hauteur maximale est de 10 à 15 m, exceptionnellement 20 m.

Sa feuille, d’une durée de vie d’un peu plus d’un an, revêt des formes variées (lisses à dentées). Elle est coriace, verte et lisse en dessus, gris blanchâtre et duveteuse en dessous.

Son écorce, le liège, est épaisse et crevassée. Son accroissement annuel est important.

Sa longévité peut être de 250-300 ans, exceptionnellement 500 ans. Cependant, l’exploitation du liège réduit son espérance de vie à 150-200 ans.

Certains sujets peuvent atteindre 1m50 à 2m de diamètre.

L’écologie

Le chêne-liège est un arbre adapté au climat méditerranéen, qu’on retrouve en Corse de la mer jusqu’à 700m d’altitude. C’est une essence de pleine lumière (héliophile), de climat tempéré à hiver doux, craignant le froid (thermophile). Il apprécie également l’humidité de l’air. Il refuse les sols calcaires et craint l’hydromorphie (sols engorgés en eau).

L’utilisation

Largement utilisé pour la production de liège, en bouchons ou en granulats, il est surtout transformé au Portugal et en Sardaigne. Les suberaies sont également des espaces pouvant présenter un intérêt sylvopastoral.

  • Retour
  • Format imprimable
  • Sommet de la page

KDE

La manchette de ce site n'est pas disponible pour le moment.

Recherche

Newsletter

Événements